Depuis Ouistreham jusqu’à l’embouchure de la Vire, à la lisière orientale du parc naturel régional du Bessin, la Côte de Nacre déroule ses plages de sable sur 76 kilomètres. Jalonnée de petites stations balnéaires à l’atmosphère familiale, elle est l’aboutissement naturel de la plaine de Caen. C’est sur ces plages que les Alliés débarquèrent le 6 juin 1944.

Tandis que des milliers de touristes viennent arpenter les cinq plages du débarquement. Les ports de pêche et de plaisance d’Ouistreham et de Courseulles, ainsi que les bourgs agricoles de l’arrière-pays, confèrent à cette partie du littoral normand toute son authenticité.

La Côte de Nacre, une région d’origine agricole

Baptisée ainsi à cause des reflets nacrés que prend la mer à cet endroit, la Côte de Nacre se caractérisait autrefois par son identité rurale avant que le tourisme ne la transforme en site balnéaire et que l’histoire en fasse un haut lieu du souvenir. Cultures céréalières et cultures légumières envahissent la plaine limoneuse aux sols épais. Elle se déploie entre Caen et le littoral où se succèdent stations balnéaires, ports de pêche ou de plaisance et plages du Débarquement. À marée basse, la mer se retire très loin, laissant à nu l’immense plateau du Calvados.

Les « confessionnaux » de Luc-sur-Mer

Plus ancienne station balnéaire de Normandie, Luc-sur-Mer est également célèbre pour la morphologie particulière de sa falaise, site aujourd’hui classé. Creusée par la mer et l’érosion, celle-ci montre à deux endroits, entre Luc et Lions, des sortes d’encoches semblables à de micro-grottes, surnommées « confessionnaux ». À la hauteur du cap Romain, sur la commune de Saint-Aubin-sur-Mer, on peut également distinguer dans la falaise des « récifs d’éponge », amas organique en forme de colonnes recouvertes de fossiles. Ces « constructions » uniques en France remonteraient à environ 165 millions d’années.

Le littoral oriental

À l’extrême est de la Côte apparaît un cordon lagunaire qui sépare de la mer la rivière de l’Orne, encadrée de marais. De Lions-sur-Mer à Courseulles, ce littoral est particulièrement varié. La plaine de Caen aboutit en petites falaises et en platier rocheux où abondent coquillages et varech. Ces roches du Calvados délimitent l’ancienne ligne de la côte. Fortement érodées, ne dépassent pas 10 m de haut, elles alternent avec des dunes qui disparaissent peu à peu sous les constructions. La partie la plus longue de la falaise se trouve entre Lions et Luc. La terre gagnant sur la mer, on observe également des escarpements en retrait, sur lesquelles ont été bâtis les vieux villages, notamment autour de Courseulles et de Bernières.

Le littoral occidental ou « Côte du Bessin »

De Courseulles à la baie des Veys, embouchure de la Vire, la Côte de Nacre est également nommée « Côte du Bessin » en raison d’une différence très nette dans le paysage. Ici, indéniablement, le débarquement a laissé de nombreuses traces, dont beaucoup sont encore visibles, blockhaus à demi-ruinés, barbelés et cratères béants, notamment à la pointe du Hoc. Les hautes falaises d’Arromanches, elles, peuvent être aperçues à partir de Ver-sur-Mer. Jusqu’à Port-en-Bessin, dont l’arrière-pays est baigné par l’Aure, le paysage reste relativement austère avec une grève étroite se déroulant le long de dunes ornées d’une maigre végétation. À l’extrémité occidentale de la célèbre plage d’Omaha Beach, les hautes falaises (30 m) de la pointe du Hoc surplombent la Côte rocheuse de Grandcamp-Maisy.

Depuis le 6juin 1944, date du débarquement des forces alliées sur les Côtes normandes, cette plage située près de Saint-Laurent-sur-Mer est baptisée Omaha Beach. Cette Côte, aujourd’hui si paisible, fut le lieu des combats les plus acharnés.

La France demeure une nation somptueuse à voir, alors, jouissons-en ! À « biclou » ou à vélo-tout-terrain-électrique, de très nombreuses balades sont créées pour que nous puissions les utiliser ! Les pistes pour vélos-électriques sont toutes signalisées et ordinairement « fiabilisées ». On inventorie des sentiers cyclables, des voies sans circulation de « bagnoles », des sentiers cyclables tenus en très bon état…